En
© Le Nouveau Vic, 2020. Tous droits réservés
Le Nouveau Vic
Le site
Le plan académique
Les projets
Les travaux
Participez

Le projet du Nouveau Vic

Le projet du Nouveau Vic

Juin 1891. Sur le flanc du mont Royal, à quelques pas seulement du campus principal de l’Université McGill, les travaux de construction d’un important lieu de guérison, d’entraide et d’éducation débutent : l’Hôpital Royal Victoria est né.

Mosaic of historic images
Source photos: Archives Université McGill (PR023584, PR023787, PU042359.10, PU023646, PU023847)

Saviez-vous que ? L’Hôpital Royal Victoria a toujours été un milieu multiculturel. En 1894, la première année d’existence de l’hôpital, plus de la moitié des patients admis provenaient de 24 pays autres que le Canada. Dès le début, un lien étroit unit le Royal Vic et l’Université. La mission de l’hôpital : soigner la population sans discrimination fondée sur les croyances ou l’origine ethnique. La mission de la Faculté de médecine de McGill : découvrir de nouvelles méthodes de guérison et ouvrir de nouvelles avenues de recherche et d’enseignement dans le domaine médical. S’ensuit plus d’un siècle de collaboration au service de la société.

Plus de 130 ans plus tard, le paysage est tout autre et le vaste complexe du Royal Vic est vacant depuis 2015. Une idée commence alors à germer… faire revivre ce site historique.

Cette idée devient aujourd’hui réalité. Sous la supervision des autorités gouvernementales, et en collaboration avec celles-ci, l’Université McGill prépare une proposition visant la transformation d’une partie de l’ancien hôpital en un pôle de recherche, d’enseignement et d’apprentissage de pointe axé sur les systèmes de développement durable et les politiques publiques.

S’inscrivant dans la continuité de la vocation initiale de l’Hôpital Royal Victoria à titre de lieu de guérison, le projet du Nouveau Vic vise à guérir la planète en s’attaquant aux grandes menaces qui pèsent sur elle.

Dans le Plan stratégique académique de l’Université McGill, il est précisé que tout établissement universitaire du XXIe siècle aspirant au rang de premier de classe dans le monde doit mettre le développement durable au cœur de ses activités de gestion, de recherche et d’enseignement.

Voilà l’engagement que nous prenons, et le projet du Nouveau Vic nous aide à redéfinir ce qu’est une université ouverte, connectée et déterminée.

Source de la photo: Valeria Lau

Le site

Tous les projets sont soumis à l'approbation du gouvernement

Des espaces sortant de l'ordinaire

Le projet du Nouveau Vic est un élément essentiel du Plan directeur : une vision globale et un cadre de collaboration pour l’ensemble du site du Royal Vic qui est géré par la Société Québécoise des infrastructures.

Le nouveau complexe de l’Université McGill facilitera les échanges et la formation de liens entre les professeurs, les étudiants et les membres du personnel. Véritable lieu d’ouverture, de connexion et de détermination, le site servira la communauté universitaire tout en invitant les partenaires, les groupes communautaires et les citoyens à s’approprier les lieux et à venir s’imprégner de l’effervescence intellectuelle qui y régnera.

Les chambres des patients et les installations médicales seront repensées et complètement transformées en un espace animé, ouvrant la porte aux chocs créatifs et à une plus grande innovation.

Image du design préliminaire; sous réserve de l’approbation du projet – Source de la photo : Diamond Schmitt Lemay Michaud Architectes

Pôles de découvertes

Des laboratoires de recherche intensive où les professeurs et les étudiants de diverses disciplines travaillant sur les mêmes sujets peuvent partager matériel, ressources, connaissances et résultats.

Espaces d'enseignement et d'apprentissage

Des salles de classe, des amphithéâtres, des aires d’étude et une bibliothèque conçus pour favoriser l’apprentissage actif, le bien-être, la créativité et les échanges.

 

Espaces partagés et publics

Des passerelles, des cafés, des restaurants et des salles de conférence et de réception permettront au public de découvrir l’Université.

Espaces verts

Le site offrira au grand public un nouvel accès au mont Royal et rapprochera en quelque sorte la montagne de la ville par la réintégration d’espaces verts et d’éléments naturels.

Un modèle d’intégration urbaine, le projet rendra hommage à Frederick Law Olmsted, célèbre architecte-paysagiste du XIXe siècle, et à sa vision de la montagne comme les « poumons verts de la ville ». Saviez-vous que ? La création du parc du Mont-Royal a commencé dans les années 1870, lorsque Frederick Law Olmsted, également concepteur du Central Park de New York, a été mandaté pour son aménagement. Les principes directeurs qu’il a établis sont encore pertinents pour la transformation actuelle du site et témoignent de l’importance de la planification à long terme, du respect du genius loci (esprit du lieu), de la priorité accordée à l’accès universel et de l’offre « de loisirs et de bien-être aux citadins ».

Tout a été pensé afin de proposer un modèle de réaménagement responsable des pavillons patrimoniaux, selon les normes de développement durable et de design les plus élevées qui soit. Saviez-vous que ? Les données archéologiques et historiques indiquent la présence de peuples autochtones sur le mont Royal il y a 4 000 à 5 000 ans.  Pour ce faire, une attention particulière sera accordée à l’équilibre entre la fonctionnalité, la nature, le patrimoine et la reconnaissance de l’histoire autochtone du territoire.

Au terme de ce projet d’envergure, l’Université McGill vise l’obtention des certifications LEED et WELL les plus élevées. Saviez-vous que ? Le système d’évaluation LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est une certification internationale qui vise à promouvoir une utilisation efficace de l’énergie, des matériaux et de l’eau. Ces normes de construction s’appliquent aux bâtiments neufs ainsi que rénovés. Saviez-vous que ? La norme de construction WELL est un système fondé sur le rendement permettant de mesurer, de certifier et de surveiller des éléments de l’environnement bâti qui ont une incidence sur la santé et le bien-être des humains par l’entremise de l’air, de l’eau, de l’alimentation, de la lumière, de l’activité physique, du confort et de l’esprit. Lors de la réalisation des plans d’un bâtiment visant la certification WELL, la priorité doit être accordée à la santé et au bien-être de ses occupants.

Le projet donnera naissance à des lieux d’enseignement et de recherche de calibre mondial, mais aussi à un site respectueux de son histoire et parfaitement intégré au milieu de vie, à la ville et au territoire.

Image du design préliminaire; sous réserve de l’approbation du projet – Source de la photo : Diamond Schmitt Lemay Michaud Architectes

L'innovation
en action

Pour nous attaquer aux défis mondiaux, nous devons rassembler les gens en fonction des problèmes qu’ils s’emploient à résoudre, et non pas en fonction de leur discipline.

Sur ses campus, l’Université McGill possède bon nombre des ingrédients nécessaires pour relever les défis liés au développement durable. Des équipes multidisciplinaires s’attellent déjà à la tâche en compagnie de partenaires de recherche et du secteur à l’échelle locale et mondiale. Et ce n’est qu’un début.

Le Nouveau Vic augmentera considérablement notre capacité de réunir ce talent et cette infrastructure au même endroit, et de loger cette communauté d’apprentissage et de pratique. Élément central du Plan directeur de McGill, le projet permettra à l’Université tout entière de continuer d’évoluer, d’élaborer, de mettre à l’essai et d’appliquer des méthodes de recherche et d’enseignement dignes du XXIe siècle.

Image du design préliminaire; sous réserve de l’approbation du projet – Source de la photo : Diamond Schmitt Lemay Michaud Architectes

Imaginez un endroit où les étudiants ont la possibilité de participer à la conception d’un moteur propre révolutionnaire et de le voir passer rapidement du modèle informatique, au prototype, aux essais puis à la mise en marché. Un processus rendu possible grâce au partage d’espaces et d’idées pendant chaque étape du processus, entre les experts de plusieurs disciplines réunis sous un même toit.

Les expériences d’apprentissage uniques seront monnaie courante au Nouveau Vic grâce à des espaces d’apprentissage, à des cours et à des programmes dynamiques qui alimenteront une révolution pédagogique et prépareront les étudiants à la résolution de problèmes complexes par de nouveaux moyens.

Les jeunes ont déjà les idées et la motivation nécessaires pour changer le monde. Ils se concentrent sur la portée de leurs actions, comme la transition rapide vers des économies à faible, ou sans, émission de carbone et la lutte contre les changements climatiques et leurs conséquences. L’Université McGill stimule ce dynamisme, et le Nouveau Vic l’accélérera. Nous continuerons d’offrir aux leaders de demain bien plus que la seule acquisition de connaissance : nous cultiverons leur capacité de collaboration, de créativité et de résilience.

Un écosystème propice à la création de liens et à l’innovation
1 100
étudiants au premier cycle et aux cycles supérieurs dans des salles de classe destinées à l’apprentissage actif
1 200
professeurs, employés et chercheurs aux cycles supérieurs et postdoctoraux qui mènent des travaux de recherche
3 000
utilisateurs par jour, y compris les employés, les étudiants, les partenaires et les visiteurs
Source de la photo: Valeria Lau

Le plan académique

Repenser,
renouveler,
réinventer

Le projet du Nouveau Vic, c’est celui d’une des plus grandes universités du monde qui entend réinventer la notion même d’université: sa structure, sa finalité et le rôle qu’elle joue auprès de ses étudiants et dans la société.

Mais pourquoi donc? Parce que les problèmes actuels de notre monde sont trop complexes pour que nous puissions nous y attaquer au moyen des structures universitaires traditionnelles que sont les facultés et les départements. De grands penseurs et praticiens issus de multiples disciplines devront se pencher sur ces questions et mettre leur créativité en mode solutions. Ces dernières passent par l’innovation et les partenariats entre le public et le privé. Elles passent aussi par l’ardeur créatrice et l’énergie d’étudiants libérés des conventions et des traditions.

 

Véritable catalyseur, le projet nous permettra de repenser et de réinventer le modèle universitaire et de le mettre à l’heure du XXIe siècle, et de décloisonner les disciplines, les groupes et les établissements afin de nous unir dans la réalisation d’objectifs communs, pour le bien de l’humanité.

Guérir les humains, et la planète

Le monde est à un tournant. La COVID-19 nous a montré que la société peut être refaçonnée rapidement et profondément et elle a mis en lumière ce qu’il est possible de réaliser quand les spécialistes de différents secteurs unissent leurs forces pour résoudre un problème urgent.

La brusque accélération de la recherche et de l’innovation est une lueur d’espoir en ces temps d’incertitude. Et bien que la pandémie définisse notre présent, il apparaît de plus en plus clair que les enjeux liés aux changements climatiques et au développement durable – et la façon dont nous y réagirons – définiront le siècle à venir.

 

Si les problèmes de développement durable auxquels nous faisons face sont plus complexes que jamais, notre capacité de les affronter n’a cependant jamais été aussi grande. Grâce à leur mission qui vise à mettre en relation de brillants esprits et à stimuler la découverte et l’innovation pour le bien commun, les universités comme McGill sont notre meilleur espoir de résoudre des problèmes qui semblent insurmontables. Un établissement – même de grand renom – ne saurait régler les problèmes environnementaux et de développement durable à lui seul; le monde entier a un rôle à jouer dans la mobilisation mondiale pour le changement.

Le rôle de l’Université McGill est clair : nous nous distinguons à l’échelle mondiale par notre capacité à allier des forces remarquables en science et en génie axés sur le développement durable à une expertise en sciences sociales et en politiques dans le but de transformer les connaissances en un effet concret sur le développement durable. Nous avons les gens, les partenaires et la vision nécessaires pour apporter une contribution importante à la quête mondiale de réponses. Toutefois, pour y parvenir, nous devons mettre à la disposition de nos équipes toutes les ressources possibles, notamment l’espace.

Image du design préliminaire; sous réserve de l’approbation du projet – Source de la photo : Diamond Schmitt Lemay Michaud Architectes

 

 

En tablant sur la vocation initiale de l’Hôpital Royal Victoria à titre de lieu de guérison et en s’ancrant dans nos valeurs de service à la communauté, le Nouveau Vic ouvrira la voie vers un avenir meilleur pour les Montréalais, les Québécois, les Canadiens et le monde entier.

Le développement durable au Nouveau Vic

Comment peut-on assurer la prospérité de la population actuelle sans compromettre le bien-être de nos voisins et des générations futures?

La lutte contre les changements climatiques ne suffira pas. La durabilité de notre avenir dépend de notre capacité à nous attaquer aux répercussions de l’activité humaine sur l’environnement ainsi que ses répercussions économiques et sociales. C’est pourquoi le Nouveau Vic sera axé sur deux piliers universitaires :

Les systèmes de                         développement durable

L’Université McGill a adopté une approche systémique du développement durable tient compte de la relation entre les défis et les objectifs liés à ce dernier : nous comprenons que des actions entreprises en vue d’un objectif dans un système ont souvent une incidence auprès de nombreux systèmes interconnectés. Nous miserons sur les forces interdisciplinaires que l’Université McGill a développées pendant des décennies et nous offrirons un milieu de recherche et d’apprentissage où germent les idées et les partenariats se multiplient. Le Nouveau Vic abritera trois grappes de recherche au cœur du développement durable : les systèmes moléculaires et matériaux, les systèmes terrestres et les systèmes urbains. Ces grappes collaboreront davantage, partageront des ressources (équipement, espace, personnel et administration) et auront accès à des espaces de laboratoire expérimental, in silico et informatique.

Les politiques                                   publiques

Grâce à l’École de politiques publiques Max Bell, nous mettrons l’expertise en matière de politiques en contact direct avec les sciences de la durabilité. Ainsi, les nouvelles découvertes et les nouvelles technologies seront connues des personnes qui, ultimement, sont responsables de leur mise en pratique. Parallèlement, les scientifiques, aux côtés des spécialistes des politiques, tiendront davantage compte dans leurs travaux de la réalité des gouvernements, des communautés et des citoyens qui adopteront les politiques. Les futurs spécialistes en politiques publiques évolueront au sein d’un environnement dynamique et multidisciplinaire et favoriseront l’adoption de politiques fondées sur des données probantes de l’échelle locale à l’échelle nationale.

Source de la photo: Valeria Lau

Les projets

Même si le nouveau complexe mcgillois verra seulement le jour en 2028, cela n’empêche pas nos chercheurs, nos étudiants et nos employés d’être actifs sur le terrain. De nombreux projets collaboratifs sont déjà en cours et de nouveaux sont mis en branle régulièrement.

En voici quelques exemples.

Des crustacés pour produire du plastique biodégradable

Audrey Moores professeure agrégée au Département de chimie de la Faculté des sciences de McGill

Les travaux d’Audrey Moores sont axés sur la chimie verte, une discipline où les chercheurs s’efforcent de diminuer les répercussions de l’industrie chimique sur l’environnement et la santé. Son projet de transformation de carapaces de crevettes en plastiques biodégradables a bénéficié d’une couverture médiatique nationale.

Une proportion alarmante du plastique utilisé dans le monde se retrouve dans les océans.

C’est pourquoi une équipe de recherche dirigée par Audrey Moores tente de transformer, en partenariat avec Parcs Canada, la carapace du crabe vert, une espèce envahissante, en un nouveau plastique biodégradable.

L’équipe fera ainsi d’une pierre deux coups : fabriquer du bioplastique durable et réduire les dommages causés par une espèce envahissante. Qui plus est, la population locale pourra alors tirer un revenu de ces déchets de crustacés.

En savoir plus.

Fonds des projets de durabilité de McGill

En 2010, l’Université McGill a mis sur pied le Fonds des projets de durabilité dans le but de soutenir et de financer des initiatives de développement durable menées par des membres de la communauté mcgilloise.

En plus de permettre aux McGillois de participer activement à des projets de développement durable sur le campus, le Fonds encourage les gens à devenir des acteurs de changement dans leur propre environnement d’étude et de travail.

Au cours des dix dernières années, plus de 250 projets novateurs ont été financés. En voici quelques exemples :

Découvrez d’autres projets de développement durable du Fonds.

Le Fonds des projets de durabilité en chiffres
10
M$ investis
Plus de 250
projets financés
86%
des projets sont des collaborations étudiants-employés

Les feux de forêt vus de l’espace

Morgan Crowley, doctorante au Département des sciences des ressources naturelles de McGill, a mis au point une nouvelle technique qui permet de cartographier rapidement les feux de forêt à partir de l’espace, grâce au regroupement de données satellites librement accessibles. Son objectif est de créer un tableau de bord mondial pour aider les gens à surveiller les feux de forêt qui menacent leurs terres.

En savoir plus sur ce projet de recherche.

Morgan Crowley doctorante au Département des sciences des ressources naturelles de l’Université McGill

En plus de participer au projet de surveillance des feux de forêt, Morgan Crowley fait partie d’une équipe d’étudiants aux cycles supérieurs travaillant au Pôle des systèmes de développement durable de l’Université McGill.

Le Pôle des systèmes de développement durable Saviez-vous que ? Depuis 2017, plus de 10 millions de dollars ont été affectés à des projets de recherche d’étudiants et de professeurs de McGill grâce aux fonds du Pôle des systèmes de développement durable.

La transition vers la durabilité, vers des modèles de développement qui favorisent le bien-être des humains tout en préservant les mécanismes de maintien de la vie de notre planète, est l’un des plus grands défis du XXIe siècle. Mais pourquoi les progrès sont-ils si lents?

C’est en grande partie parce que les approches du développement durable adoptées précédemment ne tenaient pas compte des interrelations profondes entre l’activité humaine et les systèmes environnementaux.

C’est seulement en prenant en considération les relations réciproques, mais souvent mal comprises et changeantes, entre les nombreux aspects du développement que nous pourrons mettre en œuvre des avancées scientifiques et technologiques complexes de façon durable pour les générations futures.

Le Pôle rassemble des experts de différentes facultés de McGill, fournissant un soutien et un financement à des équipes multidisciplinaires afin qu’elles s’attaquent à certains des problèmes les plus complexes et épineux en matière de durabilité. Le Pôle fournit également un soutien aux chercheurs en sciences et en sciences humaines de McGill afin qu’ils travaillent de concert à la réalisation d’avancées importantes, concrètes et socialement acceptables qui font progresser la société vers un modèle d’existence durable.

Pour en savoir plus sur le Pôle, consultez son site web.

Source de la photo: Valeria Lau

Les travaux

La construction initiale de l’Hôpital Royal Victoria constituait une entreprise colossale sur le plan technique. Maintenant que le temps est venu de le transformer, la tâche qui attend les planificateurs et les travailleurs demeure impressionnante. Nous sommes persuadés que la rénovation de l’Hôpital Royal Victoria attirera l’attention à l’échelle locale et internationale sur Montréal, le Québec et le Canada, et consolidera ainsi leur réputation de hauts lieux de l’innovation et de la création de savoirs dans le monde.

Certains diront qu’il s’agit d’un projet ambitieux; mais il a été soigneusement planifié par l’Université au cours des dernières années. Le gouvernement avait initialement communiqué avec l’Université en 2012, bien qu’elle eût déjà exprimé son intérêt pour ce site patrimonial unique. Face à un manque d’espace reconnu par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, l’Université était, et est toujours, en quête d’une solution viable à ce problème.

En 2015, à la suite de l’approbation de son étude de faisabilité, l’Université McGill a mis sur pied un groupe de travail. Celui-ci a ensuite organisé une série de consultations et d’ateliers afin de définir une vision universitaire pour le projet qui permettra à McGill de réaliser sa mission d’université publique. En avril 2016, une vision universitaire prometteuse a vu le jour; elle met de l’avant les thèmes des systèmes de développement durable, des politiques publiques et de l’innovation et elle repose sur six grandes intentions.

Six grandes intentions :
  1. Un projet pour Montréal et le Québec
  2. La durabilité, un défi à notre mesure
  3. Des idées à profusion, un pôle d’attraction
  4. Participation et transparence
  5. Patrimoine, fonctionnalité et architecture durable : un délicat équilibre
  6. Un projet exemplaire de mobilité durable et d’intégration urbaine

 

En juin 2018, le gouvernement du Québec a autorisé l’Université McGill à élaborer un dossier d’opportunité pour une partie du site de l’Hôpital Royal Victoria. Parallèlement, le gouvernement a demandé à la Société québécoise des infrastructures (SQI) de concevoir un plan directeur pour l’ensemble du site. Saviez-vous que ? Dans sa Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique, le Conseil du trésor indique qu’il est obligatoire de soumettre un dossier d’opportunité. Ce document sert à démontrer la pertinence du projet, à recommander la meilleure option à long terme, à présenter l’analyse des coûts et à proposer un échéancier.

En étroite collaboration avec la SQI, la Ville de Montréal et de nombreux intervenants internes et externes, l’équipe de projet de McGill a préparé le dossier d’opportunité et l’a soumis à l’examen du gouvernement.

Crédit photos: Don Toromanoff. Commissioned for Annmarie Adams, David Theodore, Don Toromanoff, Montreal’s Royal Victoria Hospital: A Layered History. Ville de Montreal, 2012, page 10

Juin 2018

Le gouvernement du Québec autorise l’Université McGill à formuler une proposition pour la transformation d’une partie de l’ancien Hôpital Royal Victoria et lui accorde 37 millions de dollars pour l’élaboration d’un dossier d’opportunité.

Le gouvernement demande à la Société québécoise des infrastructures (SQI) de concevoir un plan directeur pour l’ensemble du site.

Crédit photo: Valeria Lau

Mai 2019

Des groupes d’usagers internes sont mis sur pied pour travailler avec les architectes à l’élaboration du programme fonctionnel et technique. Ce document présente les espaces requis, les principaux espaces adjacents, les besoins en matériel spécial et les exigences techniques, et sera soumis dans le dossier d’opportunité.

Été 2019

Le bureau du projet du Nouveau Vic est créé et une équipe de professionnels est embauchée.

Crédit photos: Valeria Lau

Septembre 2019

Le consortium Diamond Schmitt/Lemay Michaud Architectes est choisi comme fournisseur de services d’architecture à l’issue d’un processus d’évaluation rigoureux en deux étapes mené par un comité de sélection indépendant.

Les services de sociétés d’ingénierie et de cabinets d’experts-conseils sont retenus, notamment Decasult-Strategia Conseil, ERA Architects, l’atelier L’Enclume, Claude Cormier et Associés, Pageau Morel-Bouthillette Parizeau et ARUP-Cima+.

La principale de l’Université McGill et l’équipe de projet tiennent quatre assemblées générales pour la communauté mcgilloise.

Crédit photo: Valeria Lau

Avril 2020

Le programme fonctionnel et technique est terminé, ce qui marque la fin du mandat des groupes d’usagers.

L’équipe consultative du design est créée. Ce groupe interne d’intervenants universitaires et membres du personnel administratif, soutenu par un plus grand groupe d’experts internes, continuera de travailler en étroite collaboration avec l’équipe de projet et les architectes sur la conception du nouveau pavillon.

Septembre 2020

L’Université McGill dépose son dossier d’opportunité auprès du gouvernement.

Crédit photo: Valeria Lau

En 2021

Le plan directeur de la SQI et le dossier d’opportunité de McGill sont présentés à l’Office de consultation publique de Montréal et la période de consultation publique commence.

Si le dossier d’opportunité est approuvé, l’Université McGill commencera l’élaboration du dossier d’affaires, soit l’analyse de rentabilité.

Crédit photo: Valeria Lau

En 2022

Début des travaux préliminaires

Fin 2022

Dépôt du dossier d’affaires

Crédit photo: Valeria Lau

En 2023

Si le dossier d’affaires est approuvé, l’Université McGill entamera le processus d’appel d’offres.

Début des travaux de construction

Crédit photo: Diamond Schmit Lemay Michaud Architects

En 2028

Fin des travaux de construction

Inauguration du nouveau complexe et emménagement

Crédit photo: Valeria Lau

Participez

Engager le dialogue avec la collectivité

L’Université McGill souhaite s’ancrer dans la collectivité pour faire de cet ambitieux projet une source de fierté pour tous. Elle élabore actuellement un plan de mobilisation dans le but de rallier la communauté mcgilloise, des groupes d’intérêts, des groupes communautaires ainsi que l’ensemble des Montréalais, des Québécois et des Canadiens autour du projet du Nouveau Vic et de ses efforts de développement durable.

Si vous avez des questions ou des commentaires, ou si vous souhaitez vous impliquer, communiquez avec l’équipe du projet au moyen du formulaire suivant.

Notre équipe

Nous sommes heureux de vous présenter les membres de notre équipe (photos à venir). Nous attachons une grande importance à la collaboration et à la communication. N’hésitez pas à communiquer avec nous.

 

Bruce Lennox, doyen de la Faculté des sciences et responsable académique du projet du Nouveau Vic

Pierre Major, directeur exécutif

Christine M. Lanctôt, agente administrative, Bureau du directeur exécutif

Anna Bendix, directrice associée, Planification et développement

Pamela Chiniah, adjointe administrative, Bureau du directeur

Carole Graveline, directrice, Engagement et partenariats avec la communauté, Communications et relations externes

Lindsay Wilmot, directrice associée, Communications et relations avec la communauté, Projet du Nouveau Vic

Sarah Heiberg, directrice associée, Directrice adjointe, Gestion du changement, Projet du Nouveau Vic

Karim Moussaly, agent des finances principal (projets Nouveau Vic et Fiat Lux)

Plusieurs entreprises spécialisées participent à la réalisation de ce projet de grande envergure :

Decasult-Strategia Conseil – Gestion de projet

Diamond Schmitt / Lemay Michaud Architects – Architectes

      ARUP-Cima+ – Ingénierie des structures

      ARUP-Cima+ – Ingénierie civile

      Atelier l’Enclume – Design urbain

      Claude Cormier Associés – Architecture de paysage

Pageau Morel-Bouthillette Parizeau – Ingénierie mécanique et électrique

ERA Architects – Consultant en patrimoine

Stereo – Design et développement du site web

Crédit photo: Valeria Lau
2018
2019
2019
2020
2021
2022
2023
2028